Emmerin et le syndrome de la vitre brisée !

En quoi consiste-t-il ? :

Si la vitre d’une maison est brisée et qu’on tarde à la réparer, une deuxième vitre sera bientôt brisée, puis une troisième jusqu’à ce que la maison soit entièrement vandalisée. C’est un fait de nos sociétés dite… avancées.

Dit autrement, si un acte de malveillance est commis sans qu’on intervienne, il se répétera et s’aggravera jusqu’à atteindre des proportions hors contrôle.

 Ce qui est vrai pour une maison l’est tout autant pour les véhicules, les équipements publics, les biens particuliers et les dépôts sauvages d’ordures et d’immondices en plein village, l’un au bout de la rue du Maire Castel, puis l’autre au début de la route de Wattignies. Ils vous apportent la démonstration de ce syndrome. Il a suffi qu’un individu indélicat dépose une première fois ses immondices pour que, un jour après, « on » a ajouté un autre sac, puis ainsi de suite.

Aujourd’hui 15 septembre c’est un tas des plus inesthétiques qui vous attend au bout de la rue précitée, vous renvoyant brusquement en plein moyen âge, à une période où  se débarrasser par la fenêtre des détritus était chose courante. A Emmerin, on en serait donc revenu au moyen âge !!

 

 Il nous revient en mémoire que notre première magistrate s’était glorifiée dans un article de presse de faire  régulièrement le tour du village, voire chaque jour, à des fins de surveillance. Si cela est le cas pourquoi ne remarque-t-elle pas ces immondices qui jonchent le sol à l’angle de la rue du maire Castel et de la rue Jean Jaurès ?  Détourne-t-elle pudiquement les yeux pour ne pas les voir ? Ou  s’est-elle si habituée que ce tas ne la choque pas ? Ou alors elle ne passe pas ? Allez savoir !

Quoi qu’il en soit, aucune décision n’est prise pour enrayer ces phénomènes aussi inesthétiques que nauséabonds. Qu’attend notre maire à tous pour déclencher  une opération de nettoyage ? Attendra-t-elle le « World Clean Up Day » de l’année prochaine pour réagir alors qu’elle vient d’annuler pour cause de Covid l’opération prévue ce 19 septembre ? Ou le prochain renouvellement du conseil municipal peut-être ?

Emmerin ton patrimoine fout le camp !

Pour célébrer les deux journées du patrimoine qui s’annoncent, la municipalité d ‘Emmerin va nous sortir le grand jeu ! Nous sommes prévenus ! On exhibera le vieux pare poussière qu’enfilaient jadis les instituteurs, quelques tables et chaises d’époque et sans doute quelques cartes anciennes et, bien sûr, les encriers de porcelaine. 

Nostalgie, vieux souvenirs peut-être ? , mais patrimoine, certainement pas ! Ou alors, il aurait fallu déplacer cette mise en scène dans une école, une vraie ! Justement cela tombe bien ! De l’autre côté de la rue, près de la mairie, il y a l’ancienne première école d’Emmerin datée de 1851, et  photographiée de l’extérieur, à l’orée des années 1900 avec enfants et instituteur.

       

Cette ancienne école fait partie de tout un véritable patrimoine communal  mais que s’apprête à dilapider l’actuelle majorité. Alors ! ce simulacre de salle de classe, et cette mascarade dégagent un exécrable parfum de provocation et d’hypocrisie, car on ne peut vouloir célébrer d’un côté, ce que, de l’autre, on cherche à vendre à vil prix à un promoteur.  

Nous ne cesserons jamais de dénoncer cet abandon honteux de notre patrimoine au profit d’intérêts qui ne servent pas le bien commun. Il est déjà insupportable que la municipalité ne se soit jamais souciée de maintenir en l’état des immeubles dont elle avait la charge, mais qu’elle vende à jamais les terrains sur lesquels ils ont été érigés, cela, nous ne l’admettons pas. Qu’elle finance d’une autre manière ses travaux à La Howarderie, mais pas au détriment du patrimoine foncier Emmerinois !

 Dénoncer, c’est bien. Agir c’est encore mieux.  Nous n’avons pas attendu la rentrée pour passer à l’action en alertant, rencontrant, motivant tous ceux que révolte l’éventuelle construction d’une « résidence intergénérationnelle »  sur les décombres de notre emblématique patrimoine. Madame Le Maire en a mesuré les effets en date du 3 août sur son bureau. A-t-on vu, lu la moindre communication officielle sur ce sujet depuis ?

Emmerin, le recours en chemin !

Le 22 juillet dernier, à la demande et en présence de membres de la majorité municipale, les représentants du promoteur SOFIM ont dévoilé aux riverains concernés leur projet visant à construire en lieu et place de notre actuelle mairie les appartements et parkings privatisés d’une résidence-séniors (Un « produit Eloa », comme ils disent).

Une vingtaine d’Emmerinois étaient présents.

Si elle misait sur la passivité, l’indifférence ou les vacances pour ne faire de cette présentation qu’une simple formalité, la majorité s’est lourdement trompée !

Face aux nuisances, nombreuses, que cette résidence engendrerait, un groupe d’Emmerinois s’est constitué par la suite et compte maintenant s’opposer par tous moyens, notamment judiciaires, à cette implantation.

Notre groupe soutient et accompagne, à 100 %, cette courageuse initiative.

C’est ainsi que nous avons adressé un courrier aux plus hautes instances gouvernementales du pays pour dénoncer ce projet, contraire aux objectifs du développement durable et du PLU2 et portant atteinte aux intérêts patrimoniaux, environnementaux, sociaux et économiques des Emmerinois dans leur ensemble.

Nous ne cesserons jamais, non plus, de dénoncer la gestion financière catastrophique qui conduirait à vendre une part importante de notre patrimoine public pour payer, dans l’ancienne ferme Lepers, de coûteux travaux, à la finalité discutable et entrepris sur la base d’un montage financier scabreux et incertain.

Le résultat des dernières élections ne vaut pas blanc-seing pour la majorité, qui n’y a recueilli l’adhésion que d’un Emmerinois sur quatre, ce qui ne l’autorise pas à faire ce qu’elle a envie ! comme de démolir notre patrimoine et de le faire au détriment de l’intérêt commun, le seul critère qui prévale avant toutes décisions dans toute société ou groupe démocratique .

Nous vous tiendrons informés par notre blog de toute avancée de ce dossier, nous réservant bien évidemment le droit de mener, nous aussi, dans les limites de la légalité, toutes formes d’action pour l’appuyer et pour qu’il aboutisse.

Nous restons fidèles aux engagements que nous avons pris devant vous lors de la campagne des municipales.

 

Avant qu’il ne soit trop tard!

Comment peut-on approuver qu’un espace public central et ses biens séculaires, appartenant à la communauté des citoyens Emmerinois soient mis en vente sans aucune concertation préalable des Emmerinois au profit d’une société de promotion immobilière privée qui va s’empresser ensuite de transformer ce terrain en résidence privative ? Un projet soutenu par la majorité municipale qui lui a délivré, en catimini le 17 juin le permis de construire cette résidence.

Quand le naïf qui s’extasie devant un tel projet comprendra, s’il le peut, qu’en tant que citoyen, qu’en tant qu’Emmerinois, il ne va rien obtenir en échange de cette vente, conclue au prix dérisoire de 700.000 euros, qu’au contraire il a tout à perdre et à payer, il sera probablement trop tard !

Et pourtant cet espace public central de plus de 4000 m² est idéalement situé au centre du village pour qu’il demeure le « cœur et le poumon » du village, lieu de rencontre, lieu culturel, lieu arboré. Des tas de projets pour l’embellir et le dynamiser pourraient être débattus entre nous, tous allant dans l’intérêt du plus grand nombre. Sans distinction d’âge ou de moyens. Au lieu de cela le naïf devra se contenter d’une façade haute de 12 mètres ! Derrière celle-ci : du privatif, du gardienné, du digicodé et de l’interdit d’accès !

Privatif veut dire « chacun chez soi ». Les problèmes, les « emmer… » aussi ? Ah non ! Ceux-là seront généreusement partagés avec les Emmerinois ! 35% des foyers ont deux voitures : Les 47 places de parking privées ne suffiront pas aux résidents et à leurs visiteurs. Hop ! Le surplus sur le domaine public.

Des bureaux sont prévus en rez de chaussée ; leurs occupants ont-ils leur place de parking réservée à l’intérieur de la résidence. Euh, non ! Hop ! Dehors sur le domaine public.

Une surface commerciale est prévue faisant l’angle entre rue A Potié et Rue V Hugo. Ceux qui vont travailler dans cette surface toute la journée ont-ils une place réservée intramuros ? Euh ! Non. Hop ! Sur le domaine public.

Et cette surface a-t-elle une réserve de stockage accessible à l’intérieur de la résidence par les camions de ravitaillement. Euh ! Non. Hop ! Le déchargement se fera en front à rue. Au niveau du carrefour soi-disant élargi pour les bus (Alors qu’il ne le sera que d’à peine deux petits mètres ?  Parce que vous pensez que les livreurs vont transporter leurs marchandises du parking de l’Etoile jusqu’au magasin !! Et le risque d’accident ? Euh ! Seulement une ou 2 fois par semaine ! 

Qu’on nous dise comment va pouvoir vivre une surface commerciale, sans parking client et sans réserve de stockage si elle n’est pas accessible et réapprovisionnée tous les jours, voire plusieurs fois par jour !

Et l’ombre de ce haut bâtiment ? Où va-t-elle se déployer quand le soleil d’hiver, celui dont on a tant besoin, la fera se porter sur la copropriété voisine dès que midi sera passé ?  L’incidence du soleil sur l’horizon est de 18 degrés au solstice d’hiver. Plaignons en premier lieu ceux qui habitent d’abord au rez de chaussée de l’actuelle copropriété puis ceux des autres étages !  Avec 12 m de hauteur de façade sur la rue Auguste Potié jusqu’à la nouvelle pharmacie. Ils vont pouvoir se mettre à l’ombre…en hiver, c’est sûr.

Réagissons ! Laissons le benêt à ses extases inconséquentes, il faut défendre Emmerin puisque d’autres, dont c’est le rôle, ne le font pas, comme nous l’avons défendu avec succès lors de l’examen du PLU2. Une pétition vient d’être mise en ligne sous l’instigation de Mme Charline Delporte ; Elle porte la référence 

http://chng.it/xjmr69vF

Elle a déjà recueilli plus d’une centaine de voix en moins d’une semaine. Apportons- lui notre soutien, notre voix. C’est le nombre qui va modifier le cours de l’histoire et mettre un terme au très mauvais scénario que la majorité, dont le socle de légitimité n’est que de 1 Emmerinois sur 4, est en train de nous écrire.

Appel aux 464 et à tous les défenseurs du patrimoine Emmerinois !

Vous avez été 464 à nous apporter votre voix lors des dernières élections municipales. Nous sommes honorés de la confiance que vous nous avez témoignée et dans le contexte municipal si peu démocratique de ce début de mandat nous livrons un combat pied à pied pour que notre voix, votre voix, se fasse entendre, et qu’à tout le moins l’actuelle majorité ne fasse rien qui soit contraire aux intérêts des Emmerinois.

Mais aujourd’hui notre seul combat ne va plus suffire. C’est de vous tous dont nous avons besoin pour faire face à une menace qui vient de prendre forme :  l’actuelle majorité vient d’afficher dans un recoin de la rue Victor Hugo, en toute discrétion, ce 17 juin, le permis de construire une résidence privée comportant un immeuble privé de 12 mètres de haut et de 41 logements et bureaux, ainsi qu’un grand parking résidentiel privatif s’étendant jusqu’au terrain du « Familia » , à la place de l’actuelle mairie et du magnifique jardin qui la prolonge, qui seront donc démolis en même temps que l’ancienne maison des associations et, tout un symbole, la salle Lejeune de son rez-de-chaussée.

Le choix d’afficher fin juin ce permis de démolir n’est, à l’évidence, pas dénué d’intentions cachées notamment celle de ne laisser que les deux mois d’été, pendant lesquels nombre de personnes seront parties en vacances, pour porter éventuellement contestation de ce permis qui, faute de recours dans le même délai, deviendra définitif. 

Ce qui permettra à l’actuelle majorité, nous l’entendons déjà, de dire triomphante : « Voyez ! Nous avons été les plus transparents et communicants qui soient. Le dossier était consultable en mairie. Des personnes l’ont consulté mais nul ne l’a contesté. Preuve que tous les Emmerinois sont d’accord, car avec nous qui ne dit mot consent »

Alors, vous, les 464, vous qui avez compris que les problèmes que l’actuelle majorité  s’est mise à dos sont les siens, pas ceux des Emmerinois, et qu’elle ne doit pas chercher à les résoudre en en créant d’autres plus sérieux encore, nous vous faisons ce solennel appel, vous qui n’êtes pas dupes des promesses qui ont été faites aux électeurs et qui ne seront pas tenues. 

Envolées, les grandes idées de préservation du patrimoine, l’écologie, le développement durable, la préservation des champs captants. Balayées, les grandes et belles idées et attentes du moment selon lesquelles les communes sont appelées à arborer, à végétaliser leurs cœurs de ville pour en faire des lieux de rencontre partagés et non subis. En protégeant et en développant les espaces verts existants, tout en les préservant de toute construction immobilière. De grandes idées et des réalisations attendues de tous, mais qui n’ont pas cours à Emmerin ! Emmerin en prend le contre-pied en détruisant, bétonnant, imperméabilisant et privatisant son centre-ville, en y autorisant la présence d’une résidence privée susceptible de constituer de par son imposante masse minérale ce que l’on appelle un ilot de chaleur, un comble à l’heure de la lutte contre le réchauffement climatique tant pour la commune que pour les résidents qui y logeront; avec en cerise sur le gâteau des problèmes insolubles en matière de circulation et de stationnement en centre-ville.

On peut s’étonner d’ailleurs que le permis affiché ait été validé en dépit des problèmes de stationnement pourtant évidents. 41 logements, ce n’est pas rien ! Si des places de parking sont obligatoirement réservées aux nouveaux arrivants, à la clé 30 voitures de plus (Une hypothèse très basse), avec les allées et venues des visiteurs vont se retrouver sans place dans la résidence privée et vont ainsi devoir stationner en permanence sur le parking de la salle polyvalente déjà saturé et ensuite jusque devant nos maisons. Quant au stationnement du soir, n’en parlons pas ! Ce sera la foire d’empoigne ! Mais l’actuelle majorité et le promoteur privé ont bien dû trouver la solution, au moins sur le papier, à leur problème ?? Si ça se trouve il leur aura suffi de déclarer que dans le cadre du permis « intergénérationnel » qui a été délivré, « des » logements seront réservés à des étudiants ou à des séniors ! Administrativement parlant ces deux catégories ne sont pas censées posséder autant de véhicules !  Eh oui ! Voilà sans doute la solution ! Il n’est pas obligatoire en conséquence de leur réserver  de places de parkings. Puisque, bien sûr, ces deux catégories vivent en célibataires endurcis, n’ont pas de voitures, ne reçoivent aucune visite ! Après 70 ans, les séniors et leurs conjoints vivent même reclus, ont tous revendu leurs véhicules, dans l’incapacité qu’ils sont de conduire, c’est bien connu ! 

Sur le papier, pour les besoins de l’obtention du permis affiché, le problème est donc probablement résolu. Encore que cela demande à voir … Mais après, dans la réalité…. C’est une toute autre histoire. Une fois les 41 logements réalisés et vendus, personne n’ira contrôler qui y habite et c’est donc bien plusieurs dizaines de voitures qui se retrouveront finalement hors de la résidence privée. Nous allons devoir gérer un problème dont nous ne soupçonnons pas encore l’étendue et que, comble d’ironie, nous n’avons pas voulu. Ainsi, attendons-nous à des stationnements sauvages et gênants, faute de trouver une place. Attendons –nous à affronter de nombreuses querelles d’automobilistes – comme cela se dit gentiment – ainsi qu’à une sur-verbalisation pour stationnement illicite qui va nous tomber dessus jusque loin dans les rues adjacentes. 

C’est que l’actuelle majorité doit vendre, vendre, vendre à tout prix l’actuelle mairie et tout ce qui va avec, car elle s’est mise sur le dos un problème financier de taille au regard duquel les craintes et les attentes des Emmerinois ne pèsent rien. Pour forcer la décision elle a entrepris des travaux dans la Howarderie qu’elle finance avec un prêt relais.  Elle compte sur la vente de l’actuelle mairie pour se renflouer. Imaginez un instant la panade financière qui l’attend si la vente ne se faisait pas ou ne suffisait pas.

Alors Tant pis donc si cela doit entraîner pendant des décennies des problèmes pour les Emmerinois. Tant pis s’il faut s’asseoir sur les grands principes du « Mieux vivre ensemble », « d’Emmerin   La Nature en chemin ». Tant pis pour les promesses faites pendant la campagne des élections. Tant pis si on a roulé les habitants dans la farine. Pour l’actuelle majorité le problème n’est plus là. Elle doit vendre !

Nous avons appris récemment qu’une réunion publique allait être programmée le Mardi 7 juillet , nous comptons sur votre présence  en masse afin de pouvoir défendre et conserver notre patrimoine immobilier …..

Comment manipuler l’information !

 

De l’aveu même de Madame Le Maire, (propos tenus lors de la réunion du conseil municipal du mardi 16 juin), « la communication de la municipalité lors du précédent mandat n’a pas été bonne ». Elle ne saurait être meilleure pendant les 6 ans à venir puisque, pour gérer la communication municipale, on a pris les mêmes que précédemment ! Si la valeur d’un chef se mesure à sa capacité à s’entourer de collaborateurs compétents, que dire de la valeur du chef qui, fustigeant publiquement l’incompétence de ses collaborateurs, les reconduit néanmoins dans la même tâche ? Il y a là matière à réflexion !

Mais là n’est pas le véritable objet de notre propos. Si à la médiocrité de l’information s’ajoute une volonté de la tronquer afin donner à penser des choses qui ne sont pas, alors nous glissons vers la manipulation du lecteur et de celui qui écoute. Prenons, par exemple, une simple phrase prononcée par Mme Le Maire et reprise 3 fois dans les discours lors des obsèques de Monsieur Bernard André, comme dans l’article de presse qui a suivi. Cette phrase dit ceci : « Ensemble, en 2010, nous visitons (ils visitent) La Howarderie etc … » 1* 

Le quantum d’information délivré par cette anecdote est d’une affligeante banalité si on la prend … au pied de la lettre. On se demande ce qu’elle vient faire là au beau milieu d’un hommage. On espère bien que les visites de bâtiments de tous ordres se sont multipliées pendant tout le temps où Bernard André avait comme adjointe Mme Le Maire et   une telle visite n’avait en soi rien d’exceptionnel ! Alors, pourquoi   mentionner justement celle-ci   un jour d’obsèques si ce n’est pour instiller dans l’esprit de l’auditoire   l’idée que « ensemble » veut dire accord sur le projet actuel d’y transférer un jour la mairie après destruction   de l’ancienne. On ne le dit pas, mais on le laisse à penser. C’est là toute la subtilité et le danger de la manipulation de l’information qui fait dire à celui qui la délivre « je n’ai rien dit de tel !»

Stoppons là tout net : Bernard André n’a jamais cautionné ni de près ni de loin l’idée qu’on supprime la mairie actuelle en échange d’une Howarderie dont il avait bien perçu le potentiel, mais certes pas celui d’accueillir une autre mairie. Il était fier de l’actuelle mairie qu’il avait vue se transformer, s’aménager sous ses yeux. Ce n’est pas pour la jeter aux orties. Consultez ses plus proches collaborateurs de l’époque, ses proches tout courts. Ils vous diront que Bernard André se retournerait dans sa tombe si on l’associait au projet actuel.

Gardons à la communication sa valeur informative et rien que celle-là.  A tout prendre nous préférons   l’information version ancienne. Au moins celle-là nous faisait sourire. Apprendre qu’un chat fait l’objet d’une recherche dans le bulletin d’info municipal et que deux lignes plus loin on lit qu’en scoop on vient de le retrouver, voilà le type d’info incongrue par excellence mais qui ne fait de mal qu’à ceux qui l’ont écrite et approuvée. De grâce continuons sans rien changer ! La manipulation de l’information et de la communication est trop indigne.

 

1*(c’était en fait à l’occasion de la relance du club des historiens et Bernard André avait tenu pour l’occasion à nous (dont René Delporte )  faire visiter cet Hôtel 4 étoiles. Une activité de prestige pour Emmerin dont il était fier. Il avait à cet effet pris RDV pour le club avec Mme Courcol qui nous a fait découvrir les très belles chambres. A aucun moment l’hypothèse d’un rachat n’a été alors évoquée puisque deux ans plus tard un permis de construire a même délivré pour y construire des logements dans le cadre d’une copropriété dont les actes ont été reçus par un notaire !!)

La fête de ceux qu’on aime!


Il y a 15 jours c’était la fête des mamans et des belles-mamans.

En ce Dimanche 21 Juin, bonne fête à tous les papas et à tous les beaux-papas qui s’occupent de leurs beaux enfants comme si c’était les leurs !

Pas facile d’être père, encore moins de devenir beau-père ! L’organisation de la société a beaucoup évolué,  la famille recomposée, la garde alternée, mais aussi la monoparentalité et l’homoparentalité sont ‌des configurations familiales qui ont transformé les modes de vie des familles.
Alors bonne fête à tous et profitez de cette belle journée !

Urbanisme, ce nouvel (r)appel du 18 juin….

Le plan local d’urbanisme intercommunal  (PLUi2) adopté par le conseil de la Métropole Européenne de Lille (MEL) le 12 décembre 2019, entre en vigueur ce 18 juin 2020 dans toute la métropole lilloise  et à …Emmerin.

Comme le confirme l’arrêté du président de la MEL ci-contre.

 

Rappelons que le Plan Local d’Urbanisme traduit le projet de territoire et les orientations en matière de logements, de déplacements, d’économie, d’espaces naturels et agricoles, etc… Et que de nombreux documents décrivent dans un langage quelque peu technocratique. Difficile à consulter et à comprendre.

Cela dit, pour les particuliers, les documents les plus importants sont ceux qui fixent la vocation et les règles d’utilisation des « sols », c’est-à-dire des terrains de notre commune, parcelle par parcelle. Ces documents sont notamment :

Le plan de zonage qui délimite les zones urbaines (u), les zones à urbaniser (au), les zones agricoles (a) et les zones naturelles et forestières (n) et,

Le règlement qui décrit zone par zone la vocation dominante des sols, les occupations autorisées ou interdites sous certaines conditions, les règles qui doivent s’appliquer à toutes constructions et installations

 Comment retrouver ces informations dans les nombreux documents du PLUi2 ?

Le plus simple est d’utiliser la cartographie dynamique mise en ligne par la MEL, une application qui permet,  à chacun, de consulter les documents du PLUi2 par une recherche ou un clic sur une parcelle, d’avoir les informations réglementaires qui y sont applicables.

Après avoir cliqué sur le lien qui vous conduit à cette application [***], il vous suffit d’entrer votre adresse dans le bandeau qui apparait.

Bonne lecture, toutefois si vous avez quelques difficultés à interpréter ce que vous lirez, n’hésitez pas à nous contacter.

[***] https://geomel.lillemetropole.fr/adws/app/ea6babec-1762-11ea-8a28-b7da9ed8745f/index.html

 

 

 

 

 

 

Que s’est-il passé depuis le 20 mai ?

Nous nous étions engagés à revenir vers vous concernant l’avancée de nos sollicitations : Nous avons après notre insistance, obtenu par mail, peu avant la deuxième réunion de travail programmée le soir même du Mardi 2 JUIN,  obtenu des réponses en bleu , en orange  nos commentaires  : 

  • La présentation de l’équipe administrative et technique sera faite pour l’ensemble des élus dès que sanitairement et chronologiquement ce sera possible
  • La mise à disposition d’une salle ou d’un bureau comme déjà répondu : de façon ponctuelle et selon la disponibilité des salle,

Nous espérons que le taux de sur-occupation n’entravera pas cette opportunité !

  • De disposer de l’espace réservé à leur expression dans le bulletin municipal : selon les modalités légales qui seront reprises dans le règlement intérieur

L’espace d’expression autorisé par la loi ne figure pas dans le règlement intérieur de 2014 encore appliqué, nous allons réclamer un travail très rapide, afin de ne pas être privé de nos droits pendant les 6 prochains mois, délai possible fixé par la loi pour l’actualiser

  • De connaitre le nombre de commissions et l’intitulé de celles-ci : elles vous seront présentées ce soir
  • De présider une ou plusieurs commissions ; elles sont présidées de droit par le maire

AUCUNE PRESIDENCE DE COMMISSION pour le groupe d’opposition‌, bien entendu ! nous ne manquons pourtant ni de compétences, ni d’imagination pour proposer des projets innovants

 

  • D’accéder à un poste d’adjoint sans délégation : qu’est-ce qu’un adjoint sans délégation ?
  • De disposer de tous les documents afférents aux délibérations :l‘ensemble des documents est consultable par tous les citoyens

Ceci n’est pas la réponse attendue ! les élus  doivent avoir copie de toutes actes ou délibérations , sinon à quoi sert le conseil municipal ? 

  • De disposer d’un compte rendu régulier du travail communautaire (MEL), notamment par la communication des ordres du jour et documents des conseils communautaires, ainsi que les procès-verbaux : tous les documents afférents aux activités de la MEL sont accessibles à tous via le site de la MEL

Il va falloir chercher des heures pour accéder au documents voulus, c’est un compte rendu du travail de Mme Ponchaux, notre déléguée communautaire que nous souhaitons ! et pas un travail de recherche sur le net …..

  • D’accéder aux formations développées pour tous les élus, notamment lors de leur premier mandat : toute demande devra être anticipé et chiffré pour être budgété.

Donc refus possible ? car budget primitif voté , à retenter l’année prochaine ? 

  • De bénéficier de la protection juridique fonctionnelle à l’occasion de leurs fonctions : OUI, notre garantie actuelle le prévoit                                   

Quant à la réunion de travail proposée le Mardi 2 juin, nous y avons assisté pour écouter les propositions sans entrer dans un débat inéquitable : 3 du côté de chez nous, 9 du côté de la majorité !!!! On vous laisse apprécier !

Les informations données ce soir-là ont d’ailleurs depuis été modifiées : 7 commissions au lieu des 6 annoncées ! ce n’est pas réglo !

Un adjoint aux supers pouvoirs en dirigera donc 2 !!, puisqu’ils sont 6 !

Ne parlons non plus du mode de calcul des sièges pour les commissions qui nous donnait 1.95 sièges sur la base de 9 personnes et qui a été revu à la baisse par Mme le maire dans un mail du 11 juin et qui passe le nombre de personnes à 8 soit un quotient de 1.74 qui nous passe à 1 siège plutôt que 2 !
Pas un mot lors de la réunion de « travail » sur notre éventuelle participation à la commission du CCAS et de la commission d’appel d’offres, ni même de l’élection des conseillers délégués inscrites à l’ordre du jour de la séance du conseil municipal programmé ce Mardi 17 Juin, Vous en trouverez copie ci-jointe…

Enfin un recours préfectoral a été envoyé à la commission de la légalité le samedi 6 juin, en ce qui concerne la délibération sur les compétences du maire que Mme Ponchaux s’est toutes attribuées lors du 1er conseil municipal avec 16 voix « pour », elle a donc TOUS les pouvoirs !

Le prochain conseil est programmé à huis clos, compte tenu des impératifs sanitaires, nous espérons que la rentrée lèvera les masques et que la présence du public redeviendra possible………..

 

 

 

Les gens du voyage : quelle gestion?

Lors d’une installation illégale dans une commune, le maire a le choix entre deux procédures :

La Procédure administrative :

Le maire saisit le Préfet qui, s’il estime les conditions réunies d’un trouble à l’ordre public, met en demeure par arrêté les occupants de quitter les lieux en leur fixant un délai. (Au maire d’argumenter pour convaincre le préfet des risques d’atteinte à la salubrité, à la sécurité et la tranquillité publiques et de l’urgence de ces risques

« Le préfet peut » alors, avec le concours de la force publique, faire procéder à l’évacuation forcée des occupants, à l’issue du délai fixé dans son arrêté de mise en demeure qui ne peut être inférieur à 24 h (sous réserve de l’exercice d’un recours suspensif devant le juge administratif par les occupants. Le juge a alors 48H pour se prononcer)

NB : le choix de la date de l’évacuation forcée est du ressort du préfet.

La Procédure contentieuse :

Cette procédure est plus lente et plus couteuse car elle nécessite un constat d’huissier pour constater l’occupation et recueillir l’identité des occupants. Ensuite il convient d’engager, de préférence avec un avocat, une requête aux fins d’expulsion devant le tribunal administratif ; Dans le but d’obtenir une ordonnance d’expulsion qui ne pourra être exécutée qu’en obtenant du préfet le concours de la force publique. 

NB : le choix de la date de l’évacuation forcée est du ressort du préfet.

Il semble que Mme le maire d’Emmerin ait choisi la procédure contentieuse car à ce jour, le parc rue Blériot est toujours occupé par des caravanes.  Pourquoi ce choix ?

En effet, la commune de Verlinghem vient d’expulser (le 2 juin) des gens du voyage en ayant saisi le préfet et au bout de 7 jours d’installation seulement …. Allez comprendre ??