Il n’y a pas de fumée sans feu !

Il est pour le moins cocasse de constater qu’une nouvelle fois les réseaux sociaux se sont embrasés en raison d’un nouvel incendie qui s’est déclaré cette semaine sur le terrain de l’ancien club canin d’Emmerin.

Un terrain dont ce club ne dispose plus depuis qu’il en a été expulsé en application d’un arrêté municipal de février 2017 pris par Mme le maire d’Emmerin pour cause, selon elle :

  • De défaut d’autorisation d’accès sur la route, maintenant métropolitaine, qui le borde, en reliant Hallennes-lez-Haubourdin à Emmerin, et
  • De risques liés à la sécurité incendie des modestes locaux associatifs qui s’y trouvaient.

Une expulsion toujours incomprise à ce jour puisque, hormis quelques récriminations riveraines, le club bénéficiait gratuitement de ce terrain d’un peu plus d’un hectare que la commune mettait à sa disposition depuis 1991 pour y mener ses activités en bonne intelligence avec elle. Un ancien maire d’Emmerin a même siégé au conseil d’administration du club en qualité de vice-président.

Depuis 2017, deux incendies se sont donc déclarés sur ce terrain libéré de ses occupants associatifs : en mars dernier et cette semaine. Deux incendies qui ont troublés la quiétude et alarmés les riverains de la rue Jean Jaurès, soucieux, comme il se doit, de leur environnement et de leur sécurité.

Mais comme il n’y a plus aucun membre du club canin sur le terrain à même d’assurer la surveillance des lieux et de prévenir la survenance d’incendies, cela pouvait et peut encore arriver !

Et c’est bien là le paradoxe auquel la décision municipale d’expulsion du club canin aboutit en matière de risques incendie : ceux-ci s’avèrent en définitive plus crédibles lorsque le club est fermé que lorsqu’il est ouvert, alors même que c’est le reproche inverse qui lui a été fait pour justifier sa fermeture en février 2017.

Pour l’heure, le club canin n’y ayant plus d’attache, c’est bien à la commune « locataire » à titre précaire du terrain dont disposait ce club – un terrain qui appartient à l’Etat et dont la gestion a été confiée à V.N.F. (Voies navigables de France) – de le surveiller, de garantir la sécurité des riverains et des promeneurs et d’assumer la responsabilité des dommages qui pourraient survenir.

 

Please follow and like us: